La maltraitance des enfants

La maltraitance des enfants

La maltraitance des enfants est un phénomène qui n'est, malheureusement, pas si rare que ça. Pas si rare dans le sens où certaines personnes pensent que cette violence passe uniquement par la violence physique, alors que les maltraitances sont multiples. Dans cet article, je vais vous donner une définition globale de la maltraitance sur enfant ainsi que quelques chiffres tirés de l'OMS.

 

la maltraitance des enfants 0

1 - Définition globale

Selon l'OMS "La maltraitance à enfant désigne les violences et la négligence envers toute personne de moins de 18 ans".

Il y a de nombreux types de maltraitances :

  • Mauvais traitements physiques (coups, par exemple).
  • Mauvais traitements psychologiques (harcèlement sur l'enfant ou répétition de méchanceté visant à le faire se sentir mal, critiques, insultes et dénigrement, etc...).
  • Négligence (ne pas le surveiller, le laisser seul, ne pas s'en occuper et ne pas veiller à son appétit, soin, etc...).
  • Exploitation commerciale ou autre.

Une maltraitance est définie comme quelque chose qui peut entrainer un danger pour, le développement, la survie de l'enfant, sa santé, sa dignité, sa stabilité, etc...

Le fait de rendre témoin un enfant de violences conjugale peut aussi parfois être considéré comme de la maltraitance.

 

2 - Quelques chiffres

  • 25% des adultes déclarent avoir subi des violences physiques dans leur enfance.
  • Une femme sur 5 et un homme sur 13 disent avoir subi des violences sexuelles dans leur enfance.
  • 44 % des enfants maltraités ont moins de 6 ans
  • 600 à 700 décès sont imputables à de mauvais traitements infligés par les parents
  • 46 % des cas de maltraitance sont imputables aux pères
  • 25 % des cas de maltraitance sont imputables aux mères
  • 9 % des cas de maltraitance sont imputables aux beaux-pères

Pour plus d'information vous pouvez vous rendre sur le site de l'OMS

  La maltraitance des enfants, publié par Lorine le 22 Novembre 2015
Lorine
0 COMMENTAIRES
ECRIRE UN COMMENTAIRE :