Que faire en cas d'hépatite E ?

Que faire en cas d'hépatite E ?

que faire en cas d hepatite e 0

Que faire en cas d'hépatite E ?

 

L’hépatite E est une maladie du foie due au virus de l’hépatite E. Il en existe au moins 4 types différents: les génotypes 1, 2, 3 et 4. On n’a retrouvé les formes 1 et 2 uniquement chez l’humain tandis que les formes 3 et 4 circulent chez plusieurs espèces animales notamment le porc, le sanglier et le daims sans provoquer de maladie et ils infectent occasionnellement l’être humain.

Le virus est excrété dans les selles des individus infectés et rentre dans l’organisme humain par les intestins. Il se transmet le plus souvent lorsque l’on boit de l’eau contaminée. En général, l’infection guérit spontanément en 2 à 6 semaines. Néanmoins, elle peut parfois s’aggrave et évolue en hépatite fulminate (insuffisante hépatique aiguë).

Transmission
Le virus de l’hépatite E se transmet principalement par voie féco orale du fait de la contamination fécale des eaux de boisson. Les facteurs de risque pour l’hépatite E sont intimement liés aux mauvaises conditions d’assainissement, permettant aux virus excrétés dans les selles des sujets infectés de parvenir dans les eaux qui sont destinées à la consommation humaine.
Il existe également d’autres voies de contamination, mais qui sont elles largement minoritaires ; parmi elles on pourra notamment citer :

- l'ingestion de viande mal cuite ou de produits dérivés provenant d’animaux infectés;
- la transfusion de produits sanguins infectés;
- la transmission directe d’une femme enceinte à son fœtus.

Symptômes
La période d’incubation après l’exposition au virus va de 2 à 10 semaines (5-6 semaines en moyenne). On a émis l’hypothèse pense que les sujets infectés commencent à excréter le virus quelques jours avant l’apparition de la maladie et continuent ensuite pendant 3 à 4 semaines.

Les signes caractéristiques de l’hépatite sont les suivants:
- fièvre, de perte d’appétit, nausées et de vomissements
- un ictère (jaunisse)
- une hypertrophie du foie

Ces symptômes sont souvent impossibles à distinguer de ceux apparaissant au cours d’autres maladies du foie et ils durent en général de 1 à 6 semaines.

Dans de très rares cas, l’hépatite E aiguë peut évoluer en hépatite fulminante et entraîner ainsi une insuffisance hépatique aiguë. Il est à noter que l’hépatite fulminante est plus fréquente lorsque l’hépatite E survient pendant la grossesse.

Des cas d’infection chronique par le virus de l’hépatite E (génotype 3 ou 4) ont été signalés chez les sujets immunodéprimés, notamment les receveurs de transplantations d’organes sous immunosuppresseurs.

Traitement
Il n’existe pas de traitement spécifique contre l’hépatite E aiguë. Comme la maladie régresse spontanément, l’hospitalisation n’est pas indispensable. Elle s’impose cependant pour les cas d’hépatite fulminante et doit être envisagée pour les femmes enceintes présentant des symptômes.

Prévention
C’est l’approche la plus efficace contre cette maladie. Au niveau de la population, on peut réduire la transmission du VHE et le nombre des cas d’hépatite E en:
- maintenir des normes de qualité pour les approvisionnements publics en eau;
- mettre en place les systèmes d’élimination adéquats pour les selles.
Au niveau individuel, le risque infectieux peut être réduit en:
- respecter les pratiques d’hygiène telles que le lavage des mains avec de l’eau propre,, surtout avant de manger
- éviter de consommer de l’eau et des glaçons de provenance inconnue

  Que faire en cas d'hépatite E ?, publié par MEDAdvice le 16 Septembre 2016
Les indispensables maquillage
MEDAdvice
0 COMMENTAIRES
ECRIRE UN COMMENTAIRE :