Que faire en cas d'hépatite C

Que faire en cas d'hépatite C

Que faire en cas d’hépatite C ?

que faire en cas d hepatite c 0

L'hépatite C ou virus de l’hépatite C (VHC) est un virus qui attaque les cellules hépatiques c’est-à-dire les cellules du foie occasionnant une inflammation de cet organe. On parle d’hépatite virale car c’est un virus qui en est à l’origine.
Le virus est contenu dans le sang d’une personne infectée

Il peut néanmoins demeurer vivant environ 5 à 7 semaines à l’air libre.
À long terme, l’hépatite C peutavoir des conséquences très grave allant jusqu’à la cirrhose ou même au cancer du foie.
Ce virus peut demeurer des dizaines d'années dans l'organisme sans aucun symptôme apparent, cela ne veut pas dire pour autant que l’individu qui le porte en sons sain n’est pas contagieux. Pendant cette phase latente, la personne infectée peut en effet transmettre le virus à d'autres individus sans le savoir.
Il existe 6 formes d’hépatite C nommées de 1 à 6, et également de nombreux sous-types tous différents ce qui complique énorméménet la tâche notamment en recherche car chaque génotypes présente des caractéristiques qui lui sont propres

À l’heure actuelle, il n’y a pas de vaccin existant contre ce virus !.

Symptômes :

Les symptômes les plus communs liés au VHC sont les suivants :
- perte d’appétit et de poids
- douleur musculaire et articulaire
- insomnies et donc fatigue
- nausées, vomissement, diarrhée,
- maux de tête, troubles dépressifs, humeur changeante
- impression de grippe
- jaunisse

Évolution :

L’évolution du virus de l’hépatite C, est classée en 2 phases.

Durant les 6 premiers mois suivants la contamination ; on parle de phase aiguë.
Il s’agit d’une période durant laquelle 75% des individus touchés ne ressentiront pas de symptômes.


Après ces 6 mois post-infection, le terme phase aiguë laisse sa place à celui de phase chronique. Durant cette phase d’évolution, les symptômes les plus fréquents sont ceux énumérés ci-haut.
Ensuite, parmi ces personnes en phase chronique, environ 15 % parviendront à se débarrasser naturellement du virus tandis que les 85 % restants, demeureront infectées pendant des mois, des années, des décennies...
Durant le stade chronique, le foie de la personne contaminée présente déjà des cellules endommagées qui peuvent altérer son fonctionnement.


La consommation d'alcool accélère l'évolution de l'infection et la dégradation du foie. Si les personnes infectées ne sont pas traitées, l’infection tendra à plus ou moins long terme vers la cirrhose ou le cancer du foie. De plus, une co-infection par l’hépatite A ou B est un facteur aggravant du virus de l’hépatite C c’est pourquoi il est recommandé aux patients diagnostiqués avec le virus de l’hépatite C de se faire vaccciner contre l’hépatite A et B le plus rapidement possible.
Les méthodes utilisées pour suivre l’évolution des dommages de l’organe hépatique sont la biopsie ou le fibro-scan. La biopsie consiste à prélever un petit morceau de foie, afin de l’analyser en laboratoire et de déterminer le stade de dégradation du foie.
Ceci consiste en une méthode dite invasive, car elle pénètre à l’intérieur du corps. D’autre part, il existe une autre méthode, dite non-invasive ; le fibro-scan, qui ressemble à une échographie et permet de mesurer le degrés d’élasticité du foie pour déterminer son durcissement et donc sa dégradation.

Mode de transmission :
Les principaux modes de transmission sont les rapports sexuels non protégés, les injections chez les usagers de drogues, les transfusions sanguines à risques, la transmission de la mère à l'enfant lors de l'accouchement et le contact étroit avec une personne infectée.
Une fois dans le sang de la personne, le virus arrive jusque dans le foie et se multiplie dans les cellules de celui-ci.
Le système immunitaire du patient en voulant éliminer les cellules infectées commence donc à détruire les cellules du foie, causant une inflammation de celui-ci.

Le risque de transmission du virus de la mère à son enfant est évalué à 5 %. La transmission se fait généralement lors de l'accouchement.

Dépistage de l’hépatite C :

Actuellement, il faut attendre entre 2 et 3 mois après le comportement à risque, pour obtenir un résultat significatif.

Il est recommander d’aller passer un test de dépistage si vous vous reconnaissez dans l'une ou l'autre des situations suivantes :
-Vous avez reçu du sang, des produits sanguins ou une transplantation d'organe avant 1992.
-Vous avez reçu des facteurs de coagulation avant 1987.
-Vous avez reçu du sang, des produits sanguins ou une transplantation d'organe provenant d'un donneur infecté par le VHC.
-Vous avez été en contact accidentellement, avec du sang ou du matériel pouvant être contaminé.
-Vous avez partagé du matériel d'injection, au moins une fois dans votre vie
-Vous avez eu un tatouage ou body piercing dans des conditions inadéquates de stérilisation

La meilleure protection reste en tous les cas d’adopter un comportement responsable, d’éviter les situations à risque et d’utiliser un préservatif lors de rapport sexuels.

  Que faire en cas d'hépatite C, publié par MEDAdvice le 16 Septembre 2016
Les indispensables maquillage
MEDAdvice
0 COMMENTAIRES
ECRIRE UN COMMENTAIRE :